Huawei promet : il n’y aura pas de portes dérobées pour le gouvernement chinois

Huawei Nexus

Récemment, l’un des plus grands fabricants de smartphones au monde a été regardé de façon assez suspecte : Huawei. Selon les critiques, l’entreprise coopérerait avec le gouvernement chinois et intégrerait consciemment des portes dérobées dans sa technologie. Mais l’entreprise a nié cela dans le passé et souligne maintenant une fois de plus que ces portes dérobées ne viendront pas.

Huawei nie

L’agence de presse Bloomberg était présente lors d’un discours du président de Huawei, Liang Hua. Le président du conseil d’administration a déclaré que son entreprise ne répondrait pas aux demandes du gouvernement chinois en matière d’espionnage. Les détracteurs ont déjà dit que cela est tout simplement inscrit dans le droit chinois et que les entreprises chinoises n’ont donc guère d’autre choix.

Mais Lua a dit par l’intermédiaire d’un interprète que sa société « n’exécuterait pas de telles demandes » parce qu’elles n’ont pas une bonne base juridique. La société aurait demandé à un avocat indépendant d’examiner les obligations envers le gouvernement chinois. La loi ne dit rien sur l’installation obligatoire de portes dérobées. En outre, Lua souligne que son entreprise n’a jamais reçu une telle demande du gouvernement chinois.

Une partie de la guerre commerciale

Huawei, qui fait maintenant partie de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, est durement touchée. Selon les États-Unis, la société chinoise n’est pas apte à Réseaux 5G Le Comité des régions estime que la Commission devrait contribuer à la création de l’Union européenne, précisément en raison de certaines législations. C’est pourquoi elle fait activement campagne auprès de ses alliés pour qu’ils optent pour le déploiement de ces réseaux dans d’autres entreprises, avec un succès variable.